Scènes coupées


Voici deux scènes qui ont été réalisées et montées mais enlevées du film avant sa finalisation pour réduire sa durée.


Scène coupée 1

La séquence où l'on voit les chiroptérologues dans le gouffre de Bexanka, au pays Basque, devait être plus longue. Elle devait commencer par une scène où l'on voit l'une des personnes descendre dans le très impressionnant et majestueux puits d'entrée. Ce puits très large fait environ 60 mètres de profondeur. La partie haute du puits est agréablement verdie par l'abondance des fougères et mousses. L'idée de cette scène était de montrer que les chauves-souris plongent profondément sous terre pour trouver des lieux où règnent le silence et l'obscurité. La musique a été choisie pour souligner le respect qu'imposent ces lieux.


Nous étions 3 pour la réalisation de cette scène. Elle nous a mobilisé 2 jours sur les 3 qu'a demandé la séquence entière. Christian BOUCHER a assuré toute l'installation de l'équipement spéléologique qui m'a permis de filmer différents plans à des endroits difficiles d'accès. Nous étions assistés par Guillaume REMBERT.

Je remercie chaleureusement Denis VINCENT qui a eu la patience de rester 1 demi-journée sur sa corde pour me permettre la réalisation des différents plans...


La scène pré-montée et non étalonnée :

 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

Scène coupée 2

Cette scène a été réalisée pour la séquence du radiotracking des Minioptères qui se déroulait dans la Drôme. Dans le film, nous avons l'impression que ce genre d'étude est très intense et que les différentes équipes ne s'arrêtent jamais. C'est vrai en partie. Il arrive souvent que les animaux nous sèment et que nous mettions du temps à les retrouver. Deux stratégies sont envisagées dans ces cas là : rouler, rouler et rouler encore pour essayer de capter un hypothétique signal ou attendre sur un point haut que l'animal réapparaisse. Mais ce dernier cas impose un temps mort qui peut durée longtemps.

Cette nuit là j'étais seul pour filmer. J'accompagnais l'équipe composée de Jean-Loup FIRMERY et Maxime LUCET. Nous n'avons eu aucun signal avant 3h du matin. Heure à laquelle il y a eu l'appel radio que l'on entend dans la scène. L'idée de cette scène était de montrer ces moments où il ne se passe rien, cette attente qui permet de se reposer ou se restaurer. J'aime bien aussi le côté film policier lors d'une filature. L'idée était également de montrer, avec cette voiture garée au milieu d'un parking vide, la nuit en ville. Cette nuit qui calme l'effervescence des activités humaines qui agitent les villes et villages dès qu'il fait jour.


La scène pré-montée et non étalonnée :

 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.